Skip to content

Participe Présent


Accompagner le développement émotionnel de l’enfant

Accompagner le développement émotionnel de l’enfant

Dans ce billet, je vous livre quelques pistes pour aborder en termes simples avec le jeune enfant le thème des émotions, et pour l’accompagner dans l’expression de celles-ci, indispensable à la construction de son sentiment d’identité propre. Quelques outils et références pour aller plus loin sont livrés en fin d’article.

« La dimension de la ‘vie intérieure’ de l’enfant est la fondation de son existence. Un enfant ne demande pas mieux que d’apprendre à exprimer ce qu’il vit plutôt qu’à le camoufler et l’enterrer progressivement en lui. Il suffit de lui offrir cette possibilité et la porte de son cœur s’ouvre, déterminant ainsi la relation qu’il aura plus tard avec les autres et le monde dont il va devenir un des artisans. » Thierry Vissac

D’abord, c’est quoi les émotions ?

Une émotion, c’est quelque chose que ton corps exprime pendant un court instant: des étincelles de joie quand papy et mamy viennent te chercher pour un après-midi de loisir, ton cœur tout serré par la tristesse si on n’a pas voulu jouer avec toi à l’école aujourd’hui, ton ventre noué par la colère quand le petit frère ou la petite sœur casse ton jouet préféré, les battements de ton cœur accélérés par la peur quand soudain tu penses t’être perdu dans un grand magasin, ou que tu aperçois des formes effrayantes dans le noir de la nuit. La surprise, c’est aussi une émotion. Imagine qu’un extraterrestre descende de sa soucoupe volante dans ton jardin, ce serait une sacrée émotion de surprise ! Ah bon, j’exagère ?

Elles ne durent pas bien longtemps les émotions, un peu comme des bulles de savon qui s’envolent puis éclatent et disparaissent. Mais si ton cerveau voit passer souvent les mêmes petites bulles d’émotion, il peut les coller les unes aux autres et former ainsi un sentiment. Quand les émotions deviennent des sentiments, elles s’installent dans ton cœur ou dans ta tête plus longtemps. C’est ainsi que toutes les joyeuses émotions partagées avec ton meilleur copain ou ta meilleure copine ont pu créer un beau sentiment d’amitié. Mais si on trouve que l’émotion n’est pas chouette, comme la tristesse par exemple, on n’a pas envie qu’elle s’installe pour longtemps, n’est-ce-pas ? Il y a des trucs pour ça. Mais d’abord, il faut qu’on comprenne mieux à quoi servent les émotions.

Et à quoi ça sert?

Il y a en toi quelque chose de différent de tous les autres êtres de la terre. Ta personnalité n’est identique à aucune autre. Même les jumeaux qui se ressemblent très fort ne sont pas pareils à l’intérieur, n’ont pas le même caractère, les mêmes envies, les mêmes rêves. Les émotions que tu ressens t’aident d’abord à découvrir en quoi tu es unique. Ainsi, si tu ressens de la joie quand tu dessines ou que tu joues de la musique, cette émotion te montre que tu es peut-être un petit artiste dans l’âme. Si tu te mets en colère parce-que tu trouves injuste d’avoir été puni, ta colère est un signe de ce avec quoi tu n’es pas d’accord, de tes limites. Les émotions te font sentir que tu es toi et que tu as des besoins bien à toi.

Les émotions sont aussi des remèdes aux bobos de la vie. Il y a des choses qui peuvent te rendre très triste. Dans ce cas, pleurer, crier, ça t’aide à soigner le chagrin qui est en toi. Parfois, les grandes personnes essaient de vite te consoler ou de te faire rire pour sécher tes larmes, parce qu’elles sont elles-mêmes tristes ou embarrassées de te voir pleurer. Pourtant, pleurer, c’est un super moyen pour soulager la souffrance. Tu as déjà remarqué comme tu te sens apaisé après avoir pleuré ?

Tu vois, les émotions, c’est un véritable petit trésor. Mais pas un trésor à cacher, à enfouir profondément en toi. Les émotions n’aiment pas être cachées. Tu te souviens, nous avons dit qu’une émotion pouvait devenir un sentiment, quelque chose qui dure longtemps. Si, chaque fois que tu es triste, tu essaies de ne pas le montrer et de garder ton chagrin pour toi seul(e), la tristesse pourrait prendre beaucoup de place dans tes pensées et s’installer plus profondément en toi.

C’est donc très important que tu puisses dire ou exprimer si tu es en colère, inquiet(e), triste, ou si quelque chose t’étonne. Chaque fois que tu le fais, c’est comme si tu te faisais un cadeau, le cadeau de respecter tes besoins et tes désirs, ce qui te rend particulier. Même, ça te rend plus intelligent ! Eh oui, les émotions ont aussi leur intelligence : on appelle ça l’intelligence émotionnelle. Mais si tu exprimes ta colère en cassant tes jeux ou en frappant tes copains, ce n’est pas une très jolie façon de te respecter, et ceux qui reçoivent ta colère ne vont pas se sentir respectés non plus. Tu risques donc bien de créer plus d’émotions de colère, au dedans, et au dehors de toi.

« Il faut apprendre à l’enfant à se calmer, et non chercher à calmer l’enfant. Pour cela, on veillera d’abord à accueillir son émotion en reconnaissant son stress ». Isabelle Filliozat

Pour les grandes personnes, ça semble parfois facile d’utiliser des mots pour dire ce qu’elles ressentent. Certains adultes peuvent même sentir et dire qu’il y a juste une partie d’eux qui est en colère ou qui est triste, et qu’ils ne sont pas tout entier en colère ou tristes. De cette manière, les émotions désagréables ne restent jamais bien longtemps. Mais ce n’est pas toujours aussi simple, surtout quand on est un enfant, d’apprivoiser ses émotions. Heureusement, il y a plein de façon de les exprimer de façon positive.

Petits trucs pour exprimer ses émotions

Il pourrait par exemple y avoir un tableau à la maison où tu peux gribouiller à la craie ou aux marqueurs ce qu’il y a au-dedans de toi, ou un gros coussin où tu peux aller enfouir ta tête pour crier, pleurer ou dans lequel tu peux même frapper. Courir et crier dans le jardin ou dans un parc, c’est aussi une très bonne manière de décharger tes émotions, encore mieux si tu peux le faire pieds nus! Si tu parviens à t’asseoir et à prêter une attention douce et gentille à ce que tu ressens dans ton corps, à observer comment tu respires, les pensées qui entrent et sortent de ton esprit, tu verras les émotions désagréables devenir de plus en plus petites et disparaître rapidement.

Pour faire comprendre à papa ou maman ce que tu ressens à l’intérieur, tu peux te fabriquer un baromètre des émotions. En voici un qui pourrait te plaire, spécialement si tu aimes les figurines Lego®:

barometre-des-emotions à télécharger

Il suffit de découper et de fixer la flèche au centre du baromètre par une attache parisienne. Suivant l’état dans lequel tu es, tu fais tourner la flèche vers le visage qui correspond.

L’accompagnement par l’adulte

Il existe de très nombreux outils, jeux et ouvrages pour accompagner le développement de l’enfant à travers les différentes étapes de l’identification, de la compréhension et de la gestion des émotions. Le choix sera guidé par les sensibilités et les goûts de chacun, et certains supports peuvent très bien être fabriqués dans un esprit récup’: vous pouvez par exemple composer un album des émotions à partir de visages ou postures découpés dans des magazines et profiter de cette activité pour échanger à propos des différentes expressions, du ressenti qu’elles génèrent, des souvenirs que cela évoque, etc.

L’exemple est encore plus efficace que de longues explications: en mettant nous-même^s des mots justes sur nos ressentis, nous permettons à nos enfants d’associer le vocabulaire au vécu.

Je vous livre ci-dessous mes coups de cœur personnels dans les lectures et jeux sur le thème. Quelle que soit la méthode, au plus l’enfant pourra se familiariser avec le monde émotionnel et recevoir des solutions pour extérioriser ce qu’il ressent de manière constructive, au plus les crises seront désamorcées, laissant les prémisses des relations sociales s’établir sainement, et l’intelligence émotionnelle de se déployer. Et n’oublions pas…

« C’est lorsqu’ils semblent en mériter le moins que les enfants ont le plus besoin d’amour et d’attention » (Aletha Solter)

Livres:
Au Cœur des émotions de l’enfant, Isabelle Filliozat
À lire avec les petits :
Sam & Watson, Plus forts que la colère, Ghislaine Dulier & Bérangère Delaporte
Dans mon petit cœur, Jo Witeck & Christine Roussey
La couleur des émotions, Anna Llénas
À lire par les 7-11 ans:
Mes émotions, des visiteuses inattendues, Marie Vaillant, Jean-François Rousseau & Soline

Jeux pour identifier et nommer les émotions:
Blog Hop'Toys

La liberté émotionnelle par la méditation:
Un cœur tranquille et sage, Susan Kaiser Greenland
Calme et attentif comme une grenouille, Eline Snel

Leave a Reply